Je n’achèterai rien de neuf pendant un an.

Pour 2019, je me suis fixée l’objectif de ne rien acheter de neuf durant un an.

En tendant vers le minimalisme, je me suis rendue compte que j’avais acheté beaucoup de choses dont je n’avais pas forcément besoin, que je portais peu ou encore qui étaient présents en double (voire en triple 😐) chez moi.

Je me suis donc beaucoup débarrassée du superflus : vêtements que je ne portais plus, livres de recettes que je ne consultais jamais, parapluies que je gardais “au cas où”… C’est ce qui m’a amenée à vouloir faire ce défi “rien de neuf pendant un an”!

Pourquoi ce défi existe-t-il?

L’épuisement des ressources

Le Jour du Dépassement Mondial, date à laquelle nous avons épuisé les ressources que la planète peut produire en une année, est le 1er août. Sauf que si tout le monde consommait comme les canadiens, cette date serait le 18 mars. Comment rester indifférents devant un tel constat? À chaque achat, nous votons par notre argent et il est plus que temps d’agir.

Par exemple, la production de cellulaires requiert du cobalt, du lithium, du plastique (issu du pétrole), etc. Autant de procédés qui sont très polluants de par l’extraction et le traitement des ressources. Prolonger la durée de vie de nos possessions permet de réduire leur impact environnemental!

Le cercle de la surconsommation

Par les publicités, les promotions spéciales, les nouvelles collections toutes les semaines (pour la mode) ou tous les ans (pour les technologies), il n’est plus question de combler ses besoins mais plutôt de répondre à des impulsions créées par le marketing. En réalité, il faut savoir analyser sa consommation et se poser la question : en ai-je vraiment besoin?

Au-delà de ces questions qui rejoignent le minimalisme, il y a les injustices sociales et environnementales liées à la surconsommation. Les marques de grandes enseignes à bas prix profitent de pays comme le Bangladesh ou la Thaïlande pour réduire leurs coûts et exploitent les travailleurs (je vous invite à regarder l’excellent documentaire The True Cost).

Par ailleurs, on estime que la production d’un objet de 2.2lbs (1 kilo) a généré 110 lbs (70 kilos) de déchets; s’ajoutent à cela les produits toxiques (teintures et autres). Au final, on délocalise le coût environnemental des produits.

9 idées pour relever le Défi “Rien de neuf pendant un an”

Avant toute chose, retenez cette hiérarchie des achats : il faut mettre l’emphase sur la réutilisation et le partage plutôt que la création de nouvelles ressources.

Par Sarah Lazarovic via The Story of Stuff Project.

1. Détourner l’utilisation des objets

Trouver un nouvel usage ou une nouvelle valeur à un objet s’appelle l’upcycling. J’ai par exemple une combinaison de la marque française Les Récupérables qui était auparavant un rideau. C’est un très bon exemple de réutilisation et de détournement! On pourrait par exemple réaliser des sacs à vrac dans d’anciennes taies d’oreiller plutôt que d’en acheter des neufs. Avec un peu de savoir-faire, on peut faire des miracles.

2. Réparer ses objets

Si vous n’avez pas l’âme d’un bricoleur, plusieurs lieux existent pour apprendre à réparer ou directement confier son objet à des experts. Je vous renvoie vers l’article détaillé d’Équiterre, qui fournit plusieurs adresses dans tout le Québec. J’y ajouterais le Repair Café à Montréal.

3. Emprunter à des organismes

Il existe une multitude d’endroits où emprunter. Les bibliothèques (municipales ou provinciales) regroupent livres, cds, dvds, jeux vidéos, jeux de société… et le tout gratuitement. Pour les outils, il est possible de les louer à La Remise contre quelques dollars. C’est parfait pour les travaux ponctuels!

4. Partager avec son entourage

Grâce à la mise en commun des vêtements que l’on porte peu ou plus, il est possible de réinventer sa garde-robe! Il est possible d’organiser des vide-dressings entre amies pour s’échanger des pièces – temporairement ou définitivement. 😛

5. Acheter, mais de seconde-main!

Pour le seconde-main, rien de tel que l’Armée du Salut, Renaissance, le Village des valeurs ou le classique Kijiji. On y trouve de tout! Pour la mode, il y a également plusieurs friperies à Montréal, comme Eva B, en ligne sur Deuxième Édition et Bon Magasinage, ou l’échange de vêtements au Shwap Club.

6. Donner et recevoir (gratuitement)

Il existe également plusieurs endroits à Montréal où l’on peut donner les objets dont on ne se sert plus, et en récupérer d’autres. Par exemple, il y a la Cabane de l’amitié à Montréal : on amène un objet qui peut encore servir (jouets pour enfants, vaisselle, livres, outils…). On peut également prendre tout ce qui nous intéresse, de manière gratuite. Ils offrent également un frigo-partage pour lutter contre le gaspillage alimentaire!

7. Se séparer du superflu

Et oui! Ajouter un peu de minimalisme permet de se reconcentrer sur ce dont on a vraiment besoin en ne gardant que le nécessaire. Pourquoi ne pas remplir des boîtes de vêtements et d’objets que vous n’utilisez plus ou très peu? Ils pourront ensuite être donnés ou échangés et vous verrez plus clair dans vos possessions. Parfois, on pense avoir besoin de quelque chose alors qu’on en possède déjà un sans le savoir, ou que l’on peut utiliser autre chose à la place.

8. Bénéficier des conseils des autres participants

Zero Waste France a créé un groupe Facebook dédié au Défi. Les sujets discutés sont très pertinents et sont différents de ceux des groupes zéro déchet habituels. C’est une autre manière de penser l’économie et ça fait du bien!

9. Suivre son avancée sur le site de Zero Waste France

Le site internet dédié au Défi “Rien de neuf” est très pratique. On peut notamment s’inscrire en tant que participant et y regrouper tous les objets que nous avons évité d’acheter. On peut ensuite voir les ressources économisées. De quoi se motiver à poursuivre. 😉

Enfin, il ne faut pas s’en vouloir si quelques achats neufs sont réalisés. On peut chacun se fixer un objectif. Je ne pense pas avoir d’achats neufs à réaliser mais les imprévus arrivent, alors j’ai un objectif de maximum 5 achats neufs cette année! Bon courage à tous ceux et celles qui réaliseront ce Défi. 💚

2 Comments

  1. Je n’achete Que des vêtements usagés,les meubles aussi sauf poêle et frigo.pour Noël j’ai utilisé du papier recyclé pour les emballages,je suis bénévole dans une ressourcerie alors je vois beaucoup de choses à se procurer de second main et en parfait état,livres,vaisselles,jouets,vêtements,outils etcétéra suis à Quebec

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *